Accueil > Projets > Les projets de la Coopération monégasque > Multipays > Multi-pays > FERDI - Éclairer les décisions des acteurs publics et privés dans leur action pour la sortie de crise et pour le développement durable de la région...

FERDI - Éclairer les décisions des acteurs publics et privés dans leur action pour la sortie de crise et pour le développement durable de la région Sahel (Chaire Sahel)

Porteur de projet

Fondation pour les Etudes et Recherches sur le Développement International (FERDI)

Localisation Burkina Faso, Mali, Niger, Mauritanie, Sénégal
Durée 2019 - 2021
Domaine d'intervention Santé
Financement 80 000,00 €

Contexte et problématique

La Coopération de Monaco coopère depuis 2018 avec la FERDI, Fondation pour les Etudes et Recherches sur le Développement International basée à Clermont-Ferrand, sur des opérations de formation (santé) et de recherche-action (investissement d’impact dans l’éducation).

La FERDI a décidé de créer une Chaire Sahel, rattachée à son Institut des Hautes Etudes du Développement Durable, pour créer un espace de réflexion consacré à l’examen des politiques publiques au Sahel, des nombreuses interventions des différents bailleurs de fonds et de leurs impacts sur les populations. Un Protocole d’Entente avait été signé en janvier 2018 à Ouagadougou entre M. Gilles Tonelli et Professeur Patrick Guillaumont, Président-fondateur de la FERDI, en présence de S.A.S. le Prince Souverain Albert II et du Président de la République du Burkina Faso, M. Roch Marc Christian Kaboré.

La Chaire, officiellement lancée en 2018, est pilotée par une personnalité africaine, M. Tertius Zongo (ancien Premier ministre du Burkina Faso). Pour faciliter l’appropriation africaine des travaux de la Chaire, la Chaire est basée au siège de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA). Par cette localisation, la Chaire peut mobiliser des chercheurs africains de divers pays concernés et développer une approche régionale des politiques. La subvention de Monaco sera avant tout fléchée sur les travaux d'experts du Sahel. Un référent de la Chaire a été nommé dans chaque pays concerné (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad).

La Chaire Sahel répond aux objectifs de l’Alliance Sahel lancée en 2017, qui doit « contribuer à l’amélioration des mécanismes d’appui financier des partenaires au développement à la région du Sahel, grâce à une coordination de l’aide plus efficace, à des moyens financiers importants, et à davantage de flexibilité et d’allègement dans la mise en œuvre des instruments de coopération et d’accroissement des investissements privés » (Communiqué : Réunion du G5 Sahel, New York 18 septembre). La création de la Chaire s’inscrit dans cette nouvelle dynamique, en cherchant à apporter une contribution indépendante à l’analyse des politiques menées dans la région. Elle s’inscrit aussi dans la mise en œuvre des Déclarations de Paris, Accra et Busan, visant à renforcer l’appropriation, l’alignement et la coordination de l’aide au développement. Cet appui pourra être valorisé dans le cadre de l'Objectif de Développement Durable n°17 "partenariats", notamment les cibles 17.9, 17.14, 17.15 et 17.17.

Objectif général 

Éclairer les décisions des acteurs publics et privés dans leur action pour la sortie de crise et pour le développement durable de la région Sahel.

Objectifs spécifiques 

  • Analyser les flux financiers pour le développement du Sahel et leur impact sur les finances publiques des pays sahéliens
  • Tirer les leçons des succès et des échecs des actions de développement, à partir des évaluations déjà effectuées dans le but d’éclairer les choix des pays sahéliens
  • Mettre au point des méthodes d’évaluation rapide des projets et programmes
  • Conduire des activités de formation correspondant aux actions précédentes.

Bénéficiaires

Bénéficiaires directs

Chercheurs et universitaires sahéliens, réseaux de chercheurs et de praticiens du développement, réseaux de fonctionnaires africains 

Résultats attendus

  • Les flux financiers dans les Etats sahéliens ciblés sont recensés, l’impact sur les dépenses publiques est évalué.
  • L’analyse de projets permet d’examiner si l’environnement ou le contexte de fragilité a été suffisamment pris en compte et de définir quels changements des procédures et mécanismes de l’aide sont souhaitables et possibles, la réflexion sur les méthodes d’évaluation dans un contexte de fragilité est renforcée.
  • Des indicateurs spécifiques aux zones fragiles seront définis avec l’appui d’un comité scientifique composé d’experts internationaux et de chercheurs sahéliens
  • Des activités de formation seront mises en place (analyse des flux, capitalisation des évaluations, méthodes d’évaluation rapide, …) afin de renforcer les capacités des administrations des Etats Sahéliens et des institutions de recherche de la sous-région.
http://cooperation-monaco.gouv.mc/Projets/Les-projets-de-la-Cooperation-monegasque/Multipays/Multi-pays/FERDI-Eclairer-les-decisions-des-acteurs-publics-et-prives-dans-leur-action-pour-la-sortie-de-crise-et-pour-le-developpement-durable-de-la-region-Sahel-Chaire-Sahel

Accessibilité