Accueil > Projets > Les projets de la Coopération monégasque > Maghreb et Méditerranée > Tunisie > HCR - Autonomisation et employabilité des réfugiés en Tunisie

HCR - Autonomisation et employabilité des réfugiés en Tunisie

Porteur de projet

Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) - Tunisie

Localisation Zarzis, Tunisie
Durée 2020 - 2022
Domaine d'intervention Insertion socio-économique
Financement 300 000,00 €

Contexte

Monaco constitue en 2020 le premier Etat contributeur du HCR per capita. La Coopération de Monaco est en partenariat avec le Haut Commissariat pour les Réfugiés depuis plusieurs années dans des pays partenaires confrontés à l’arrivée de réfugiés/migrants, sur les routes migratoires d’Afrique et du Moyen-Orient : la Tunisie, le Maroc, la Mauritanie, le Liban et, à partir de cette année, le Niger. L’appui monégasque consiste essentiellement à favoriser l’accès des personnes réfugiées à leurs droits, à travers l’amélioration de leurs conditions de vie (santé, éducation, emploi). 

A la fin du mois d’octobre 2019, 2.897 réfugiés et demandeurs d’asile étaient enregistrés auprès du HCR en Tunisie, un chiffre en augmentation de plus de 100% par rapport à 2018. La Tunisie est signataire de la Convention de Genève de 1951 relative au statut des réfugiés et du Protocole de 1967, mais n’a pas adopté les textes nationaux mettant en œuvre les dispositions de la Convention de Genève ni développé un système d’asile. Les réfugiés ne bénéficient toujours pas d’un statut juridique formel sur le territoire tunisien.

Certaines avancées ont été enregistrées (éligibilité pour l’emploi salarié dans certains secteurs, accès à la protection sociale pour les emplois formels, titres de séjour, possibilité d’établir leurs propres entreprises avec un partenaire tunisien) mais d’importants obstacles persistent (précarité des emplois, secteur informel, absence de protection sociale…). 

Le HCR en Tunisie propose la continuation d’un programme d’appui à l’autonomisation et l’employabilité des réfugiés afin de soutenir leur inclusion socio-économique à travers l’emploi salarié et l’entrepreneuriat. Le projet s’inscrit dans le cadre national de protection et d’assistance aux réfugiés et demandeurs d’asile que souhaite mettre en place la Tunisie, avec le soutien du HCR. Il sera mis en œuvre en continuité des efforts entrepris depuis 2017 par le HCR, notamment avec le soutien de Monaco (2017-2019), pour encourager le développement économique des populations vulnérables, les réfugiés, qui partagent souvent des caractéristiques communes avec les populations vulnérables nationales. Il répond au besoin des mille réfugiés en âge de travailler, enregistrés auprès de le HCR et résidents sur le territoire national tunisien. 

Une proportion de Tunisiens des communautés hôtes pourront également bénéficier du projet afin de favoriser une coexistence pacifique entre les réfugiés et les communautés d'accueil. Au vu de ce qui précède, le projet proposé correspond pleinement aux objectifs poursuivis par la Coopération monégasque dans le cadre de sa politique de coopération au développement avec la Tunisie. Le projet proposé s’adresse en effet à 240 bénéficiaires directs, en statut de réfugiés, et vise à travers des actions concrètes à combler les lacunes de leur situation juridique et matérielle en Tunisie, telles qu’organiser des événements de réseautage locaux entre bénéficiaires, employeurs potentiels et parties prenantes, ou encore assurer des services d’accompagnement individualisé (démarches d’embauche et administratives). Le projet s’insère dans les engagements pris par la Tunisie à l’égard des réfugiés et soutient cette dernière en raison des difficultés rencontrées dans le domaine socio-économique. L’extension de certaines dimensions du projet à des bénéficiaires tunisiens renforcera l’acceptabilité des démarches entreprises en faveur des réfugiés en Tunisie.

Le projet constitue une contribution à l’ODD 8-Travail décent et croissance économique. Il s’inscrit par ailleurs dans le cadre du « Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières », signé par 162 pays dont la Principauté de Monaco (11 décembre 2018, Marrakech) et le « Pacte Mondial sur les Réfugiés » adopté par l’AGNU le 17 décembre 2018. Ce dernier promeut une approche de résilience et de partenariat élargi pour répondre aux besoins des réfugiés et soutenir leur inclusion socio-économique.

Bénéficiaires directs 

  • 180 réfugiés ont accès à l’emploi salarié.
  • 60 réfugiés développent un projet générateur de revenus (microentreprises).

Bénéficiaires indirects :

  • Les familles des réfugiés bénéficiaires, soient environ 750 réfugiés de plus.
  • Une proportion de Tunisiens des communautés hôtes.
  • Les autorités tunisiennes et les services privés qui bénéficieront d’un renforcement de capacités.

Objectif général du projet 

Améliorer l’accès aux opportunités d’emploi et aux activités génératrices de revenu pour les réfugiés en Tunisie.

Objectifs spécifiques 

OS1. Faciliter l’accès à l’emploi salarié pour les réfugiés.

OS2. Favoriser la création de microentreprises par les réfugiés.

http://cooperation-monaco.gouv.mc/Projets/Les-projets-de-la-Cooperation-monegasque/Maghreb-et-Mediterranee/Tunisie/HCR-Autonomisation-et-employabilite-des-refugies-en-Tunisie

Accessibilité