Accueil > Projets > Les projets de la Coopération monégasque > Maghreb et Méditerranée > Liban > UNRWA - Renforcement de l'accès aux soins médicaux pour les Réfugiés Palestiniens les plus défavorisés au Liban - Phase II

UNRWA - Renforcement de l'accès aux soins médicaux pour les Réfugiés Palestiniens les plus défavorisés au Liban - Phase II

Porteur de projet

UNRWA Liban

Localisation Liban
Dates 01/06/2020 01/06/2023
Domaine d'intervention Santé
Financement 360 000,00 €

Contexte et problématique

L’UNRWA (United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees / Office de Secours et de Travaux des Nations Unies pour les Réfugiés Palestiniens au Proche-Orient) a pour mandat d’apporter assistance et protection aux 5 millions de réfugiés palestiniens enregistrés en Jordanie, au Liban, en Syrie, en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza. Les services offerts par l’UNRWA comprennent l’éducation, la santé, les services sociaux et d’aide, les infrastructures des camps et leur amélioration, la microfinance et l’aide d’urgence. L’UNRWA est quasiment entièrement financée par des contributions volontaires.

Depuis 2013, la Principauté de Monaco appuie l’action de cette agence des Nations Unies au profit de la santé des réfugiés palestiniens au Liban dans les domaines de la cardiologie, du diabète et depuis 2017 au travers d’un soutien ciblé au Medical Hardship Fund. Parmi les résultats marquants de la phase n°I de l’appui de la Principauté de Monaco à ce fonds, on peut noter 221 vies sauvées dont 78 hospitalisations et traitements vitaux pour 143 patients très vulnérables.

Les 475.075 réfugiés palestiniens enregistrés auprès de l’UNRWA au Liban, comme dans les autres pays d'intervention de cette agence, sont dépourvus de la plupart de leurs droits socio-économiques et ne peuvent subvenir aux besoins de leur famille. Selon une étude de l’Université américaine de Beyrouth de 2015, 66,5% des réfugiés palestiniens sont pauvres (très faible niveau de revenu). De plus, près de 95% des réfugiés palestiniens au Liban n'ont pas d'assurance maladie ni aucun accès à la couverture offerte par le Ministère de la Santé Publique aux citoyens libanais pour l'hospitalisation et les traitements lourds tels que le cancer, ou la sclérose en plaque. Pour la majorité des réfugiés palestiniens, les services de l'UNRWA sont leur seul accès aux soins.

En 2016, l’UNRWA au Liban a mis en place une nouvelle politique concernant les hospitalisations des réfugiés palestiniens. Cette politique visait à étendre la prise en charge des services médicaux tertiaires dans les hôpitaux partenaires de 50 à 60%, tandis que dans le même temps était introduit l’idée du partage des coûts pour les soins secondaires. L’UNRWA prend en charge 90% des coûts d’hospitalisation pour des soins secondaires dispensés dans des hôpitaux publics ou privés et 100% dans les hôpitaux du croissant rouge palestinien (PRCS). Les soins secondaires représentent 85% des besoins d'hospitalisation des réfugiés palestiniens au Liban. Il s’agit de cette façon d’introduire la notion d’efficience et de veiller à la bonne utilisation des financements alloués par les bailleurs en réduisant la dépendance vis-à-vis des hôpitaux privés et en encourageant le recours aux hôpitaux du Croissant Rouge Palestinien. De plus et de manière cruciale, il s’agit d’étendre l’accès aux soins tertiaires très coûteux et en augmentation. Cette nouvelle politique de santé inclut aussi la mise en place de mécanismes permettant de répondre aux besoins spécifiques des plus démunis. Chaque année, 6.400 réfugiés palestiniens souffrent de problèmes médicaux requérant des soins tertiaires (cancer, maladie neurologique, sclérose en plaque, problèmes sanguins de type thalassémie, opération cardiovasculaire, chirurgie orthopédique, traitements en soins intensifs, etc,.).

Le Medical Hardship Fund (MHF) a ainsi été mis en place au Liban par le département de la Santé de l'UNRWA pour augmenter l'accès aux soins hospitaliers pour les réfugiés palestiniens les plus vulnérables afin d'améliorer leur santé et leur futur. Il permet également d'étendre l'accès des patients aux traitements sophistiqués dont ils ont besoin tout en allégeant leur poids financier.

En parallèle de l’appui apporté par le Gouvernement Princier aux actions de l’UNRWA au Liban, les relations partenariales se sont renforcées. Ainsi M. TONELLI, Conseiller de Gouvernement - Ministre des Relations Extérieures et de la Coopération, en avril 2018, et Mme ROSABRUNETTO, Directeur Général du Département des Relations Extérieures et de la Coopération, en juin 2019, ont rencontré le Directeur pays, M. CORDONE, et ont visité respectivement les camps de Beddawi près de Tripoli et de Burj El Barjneh dans la banlieue sud de Beyrouth. Enfin, depuis janvier 2020, une Volontaire Internationale de Monaco, Marianne MUSUMECI, occupe le poste de Coordinateur Suivi et Evaluation au sein de l’Unité Jeunesse du bureau Liban de l’UNRWA.

Objectif général 

Assurer une longue vie en bonne santé aux réfugiés palestiniens.

Objectifs spécifiques 

  • Améliorer la couverture et l’accès aux soins secondaires ;
  • Améliorer la couverture et l’accès aux soins tertiaires ;
  • Apporter un appui financier complémentaire aux patients démunis ou dans une situation médicale désastreuse.

Bénéficiaires

  • 2 600 réfugiés palestiniens extrêmement pauvres ont accès à une hospitalisation secondaire ;
  • 570 réfugiés palestiniens ont accès à une hospitalisation tertiaire ;
  • 206 réfugiés palestiniens ont accès au traitement de la sclérose en plaque, du cancer, de la Thalassémie etc. 

Résultats attendus

  • l'accès aux soins pour les patients dans une situation médicale désastreuse est amélioré ;
  • l'accès aux soins hospitaliers secondaires et tertiaires pour les patients démunis est amélioré ;
  • le poids financier supporté par les patients démunis ou dans une situation médicale désastreuse est diminué.
http://cooperation-monaco.gouv.mc/Projets/Les-projets-de-la-Cooperation-monegasque/Maghreb-et-Mediterranee/Liban/UNRWA-Renforcement-de-l-acces-aux-soins-medicaux-pour-les-Refugies-Palestiniens-les-plus-defavorises-au-Liban-Phase-II

Accessibilité