Accueil > Projets > Les projets de la Coopération monégasque > Afrique de l'Ouest et Sahélienne > Mali > PAM - Appui à la résilience et à la sécurité alimentaire des populations vulnérables

PAM - Appui à la résilience et à la sécurité alimentaire des populations vulnérables

Porteur de projet

PAM

Localisation Mali
Durée 2019 - 2021
Domaine d'intervention Sécurité alimentaire
Financement 300 000,00 €

Contexte et problématique

L’économie du Mali est fortement dépendante du secteur primaire. Plus des trois quarts de la population malienne vit de l’agriculture, secteur qui représente plus de 35% du PIB. La petite exploitation agricole traditionnelle domine le secteur agricole, avec une agriculture de subsistance sur environ 90% des 14000 km2 en cours d’exploitation. Le pays est affecté par les changements climatiques et par des épisodes de sécheresse et d’inondations de plus en plus fréquents. Près de la moitié du territoire est soumis à la dégradation des terres. La pluviométrie annuelle est faible, irrégulière et mal distribuée et les cycles de sécheresse sont de plus en plus fréquents. En outre, le changement climatique aggrave la pression sur les terres pastorales et agricoles.

Selon les résultats de l’analyse du Cadre Harmonisé d’analyse et d’identification des populations en insécurité alimentaire de novembre 2018, dans les mois à venir environ 2.5 millions de personnes seront en insécurité alimentaire à l’échelle nationale, dont 180 000 personnes en insécurité alimentaire sévère.

Par ailleurs, les taux de scolarisation sont faibles, notamment pour les filles, les enfants vivant en milieu rural et issus des ménages pauvres et les tendances sont négatives : le taux net de scolarisation des enfants sur les six dernières années au primaire a enregistré une baisse de plus de 3%, chutant de 64 à 61% entre 2011 et 2017. En ce qui concerne le taux d’achèvement de l’école par les filles dans les régions du centre et du nord, il était de seulement 32% pour les garçons et 35% pour les filles. Au Mali, 21% des redoublements à l’école seraient associés à la sous-nutrition et on estime que les enfants souffrant de retards de croissance sont plus susceptibles d’abandonner l’école. Une étude réalisée par le Programme Alimentaire Mondiale sur les effets de la suspension du programme de cantines scolaires dans différentes régions du Mali a montré une baisse de 64% de la concentration des élèves et une baisse de presque 20% en termes de présence à l’école - encore plus prononcé pour les filles.

Enfin, il est à rappeler que les régions du centre et du nord du Mali se caractérisent par la présence persistante des mouvements armés terroristes et djihadistes qui alimentent une situation d’insécurité peu favorable au développement socio-économique des communautés.

Le présent projet permettra de contribuer à l’ODD 2 “Faim Zéro”, notamment les cibles 2.1 (accès à une alimentation saine, nutritive et suffisante) et 2.3 (doubler la productivité agricole et les revenus des petits producteurs alimentaires) et à l’ODD4 ‘ Education de qualité”, notamment la cible 4.1 (toutes les filles et tous les garçons suivent sur un pied d’égalité un cycle complet d’enseignement primaire et secondaire gratuit et de qualité).

Objectif général

Améliorer l’accès à une alimentation saine, nutritive et suffisante tout au long de l’année pour les personnes vulnérables dans les régions du nord et du centre du Mali à travers l’augmentation de la productivité des petits producteurs et l’alimentation scolaire.

Objectifs spécifiques

  • Permettre aux enfants scolarisés dans les régions d’insécurité alimentaire de couvrir leurs besoins alimentaires et nutritionnels pendant toute l’année. Cet objectif sera atteint à travers la fourniture de repas scolaires nutritifs et basés sur les produits disponibles localement et préparés par des cuisinières locales formées au préalable.
  • Permettre aux populations dans les zones cibles, y compris des petits producteurs vulnérables, de mieux couvrir leurs besoins alimentaires et nutritionnels pendant toute l’année grâce à des moyens de subsistance améliorés. A travers notamment le renforcement des capacités des petits producteurs, le projet renforcera leurs capacités de résilience et augmentera leur productivité.

Bénéficiaires

Directs

  • En 2019, le programme résilience global vise 50 000 ménages (soit 300 000 personnes) et 176 000 écoliers.
  • La contribution de Monaco permettra de venir en aide à 150 ménages vulnérables (soit 900 personnes) dans les régions du nord et du centre du Mali sur trois ans (des petits producteurs) et 1 100 écoliers du premier cycle, soit 6 écoles.

Indirects

  • D’autres ménages ruraux vivant dans la zone du projet bénéficieront des actifs créés ou réhabilités ainsi que les commerçants et artisans qui bénéficieront des retombées de la reprise d’activités économiques.

Résultats attendus

  • Les élèves cibles reçoivent des repas nutritifs tous les jours où ils vont à l’école afin de couvrir leurs besoins alimentaires et nutritionnels et accroître les taux d’inscription et de fréquentation.
  • Les petits producteurs dans les zones cibles soumises à des chocs récurrents et des changements climatiques bénéficient d’une base de moyens de production réhabilités afin d’améliorer leurs moyens de subsistance durablement.
  • Les petits producteurs dans les sites où les écoles reçoivent des transferts en espèces bénéficient d’une demande locale de vivres, ce qui améliore leur sécurité alimentaires et leurs moyens de subsistance.
http://cooperation-monaco.gouv.mc/Projets/Les-projets-de-la-Cooperation-monegasque/Afrique-de-l-Ouest-et-Sahelienne/Mali/PAM-Appui-a-la-resilience-et-a-la-securite-alimentaire-des-populations-vulnerables

Accessibilité