Accueil > Projets > Les projets de la Coopération monégasque > Afrique de l'Ouest et Sahélienne > Burkina Faso > TOND LAAFI - Création d’un Dispositif de Santé et Protection Sociale (DSPS) pour les familles vulnérables au Burkina Faso et validation du modèle à...

TOND LAAFI - Création d’un Dispositif de Santé et Protection Sociale (DSPS) pour les familles vulnérables au Burkina Faso et validation du modèle à travers une recherche-action

Porteur de projet

TOND LAAFI

Localisation Burkina Faso
Dates 01/01/2021 31/12/2023
Domaine d'intervention Santé
Financement 300 000,00 €

Contexte et problématique :

Le Burkina Faso est un pays prioritaire de nos actions pour lequel un Accord Cadre de Coopération a été signé entre le Gouvernement monégasque et burkinabé en 2012 suivi d'un avenant en 2016. Classé 182ème sur 189 pays à l'Indice de Développement Humain, le Burkina Faso est confronté à de nombreux défis de développement, aggravés par la crise sécuritaire qui affecte le pays depuis 2016 et s’est transformée depuis en crise humanitaire majeure. A ces difficultés s'ajoutent les impacts sociaux-économiques de la pandémie de COVID-19, suite aux mesures de confinement prises entre mars et juin 2020. Plus de 40% de la population vit sous le seuil national de pauvreté et les difficultés économiques entrainent souvent un retard aux soins voire un renoncement, ainsi qu’un appauvrissement du foyer lorsque les familles puisent dans leur ressource pour y accéder.

En 2015, le Gouvernement burkinabé a adopté une loi portant sur le Régime d’Assurance Maladie Universelle (AMU), comptant sur les mutuelles de santé à base communautaire pour la rendre opérationnelle et couvrir les populations du secteur informel. Selon une étude du Réseau d’Appui aux Mutuelles de Santé burkinabé (RAMS), en 2017, 80% de la population évoluant dans le secteur informel n'avait pas de couverture de santé.  A Ouagadougou, qui connaît une croissante démographique très importante (plus de 2,5 millions d'habitants soit près de 10% de la population nationale), seulement quatre mutuelles sociales sont recensées ; elles sont de petite taille et enregistrent un taux de pénétration inférieur à 1 %. Ces mutuelles fonctionnent selon une adhésion volontaire avec d’importantes difficultés de recouvrement, ne ciblent pas spécifiquement les populations pauvres (cotisation familiale trop élevée) et n’offrent pas d’accompagnement médico-social dont les familles vulnérables ont besoin, étant peu familières avec la notion de mutuelle et de capitalisation pour la santé.

En 2017, ATIA, ONG française issue d'InterAide et spécialisée dans la microfinance et la mise en place de mutuelles de santé locales, a mené une étude de faisabilité pour la mise en place d’un Dispositif de Santé et Protection Sociale (DSPS) à destination des familles vulnérables habitant les quartiers précaires de la capitale et ses environs : 28 % des familles avaient déjà dû renoncer à des soins et 29 % avaient dû puiser dans le fonds de roulement de leur activité génératrice de revenus pour prendre en charge les dernières dépenses de soins. De plus, 98 % des bénéficiaires interrogés déclaraient être intéressés par une mutuelle de santé. L'étude a également permis d'identifier les difficultés spécifiques à ces populations (difficultés financières d’accès aux médicaments et examens paracliniques, indisponibilité des médicaments dans les formations sanitaires, qualité de prise en charge aléatoire dans les centres de santé) et de déterminer le panier de soins et la capacité à payer des familles afin de pouvoir proposer un service adapté. C'est sur la base de cette étude qu'ATIA a soutenu (appui technique et financier)  la création, en 2018, de la mutuelle de santé sociale burkinabé TOND LAAFI, qui bénéficie aujourd’hui de la reconnaissance du Ministère de la santé burkinabé.

TOND LAAFI fournit un service de micro-assurance santé (prise en charge de médicaments, d'examens, d'actes médicaux et d'hospitalisation) ainsi qu'un accompagnement médico-social permettant également de sensibiliser les populations à l'utilisation de la mutuelle. En juin 2020 elle comptait déjà 1 963 familles adhérentes, soit 6 683 personnes. TOND LAAFI collabore avec l’institution de microfinance YIKRI, (créée, et soutenue techniquement et financièrement par Entrepreneurs du Monde, ONG également issue d’InterAide), qui intervient dans les quartiers précaires de Ouagadougou depuis 2015 et y bénéficie d’un ancrage solide.

Ce projet, soutenu à travers ATIA par l’AFD depuis 2019, a pour objectif de mettre en œuvre le DSPS à destination des micro-entrepreneurs bénéficiaires de YIKRI et leur famille et d'évaluer scientifiquement le dispositif en collaboration avec l'Université de Bordeaux. Les résultats de l'évaluation scientifique permettront de capitaliser et de contribuer au déploiement de l'Assurance Maladie Universelle au Burkina Faso, à travers le RAMS, lié aux Autorités publiques par une convention, et dont Tond Laafi fait partie. Une première partie de l'enquête menée par l'Université de Bordeaux en 2020 (soutenue par la DCI) a permis de préciser les motifs de recours aux soins (le paludisme arrivant en tête) et d'affiner les données en ce qui concerne le genre ; les femmes et les mères étant en première ligne du recours aux soins. Une convention encadre le partenariat entre TOND LAAFI, YIKRI, ATIA et EDM.

Objectif général :

Amélioration durable du recours aux soins des familles vulnérables bénéficiaires de l’Institution de Microfinance YIKRI et sécurisation de leur situation économique à travers la mise en œuvre d’un DSPS efficace. 

Objectif spécifique :

Mise en œuvre du Dispositif de Santé et Protection Sociale et de son évaluation scientifique.

Bénéficiaires

12.000 familles vulnérables soit 36.000 personnes.

Résultats attendus :

  • Les familles utilisent les services du DSPS et sont prises en charge pour leurs dépenses de soins ;
  • L’efficacité du DSPS pour l’amélioration du recours aux soins des familles vulnérables et la sécurisation de leur situation économique est évaluée à travers un dispositif de recherche-action qui alimente le plaidoyer pour l’AMU.

Bénéficiaires : 12.000 familles vulnérables soit 36.000 personnes

http://cooperation-monaco.gouv.mc/Projets/Les-projets-de-la-Cooperation-monegasque/Afrique-de-l-Ouest-et-Sahelienne/Burkina-Faso/TOND-LAAFI-Creation-d-un-Dispositif-de-Sante-et-Protection-Sociale-DSPS-pour-les-familles-vulnerables-au-Burkina-Faso-et-validation-du-modele-a-travers-une-recherche-action

Accessibilité